Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Un referendum en Alsace - Conseil unique d'Alsace - Collectivité Territoriale - Referendum du 7 avril 2013 - Ses origines, son déroulement, ses suites...
  • Un referendum en Alsace - Conseil unique d'Alsace - Collectivité Territoriale - Referendum du 7 avril 2013 - Ses origines, son déroulement, ses suites...
  • : Les enjeux de la Collectivité Territoriale d'Alsace (anciennement Conseil Unique d'Alsace) : institutions d'avenir ou illusion collective ? --- Eléments d'analyse proposés par Mathieu Lavarenne, président du Cercle Républicain 68 Edouard Boeglin et conseiller municipal (indépendant) dans un petit village alsacien. Plus de 22 000 visiteurs uniques en quelques semaines.
  • Contact

Profil

  • Referendum en Alsace
  • Les enjeux de l'évolution institutionnelle de l'Alsace pendant et après la campagne référendaire du 7 avril 2013. Pour ou contre une Collectivité Territoriale d'Alsace ? Des documents et des analyses...
  • Les enjeux de l'évolution institutionnelle de l'Alsace pendant et après la campagne référendaire du 7 avril 2013. Pour ou contre une Collectivité Territoriale d'Alsace ? Des documents et des analyses...

Recherche

30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 17:18

 

Collectivité Territoriale d'Alsace - Consultation publique du 7 avril

 

 

La presse qui protège le "oui"

 

 

(mise à jour du 8 avril)

 

Citoyen soucieux d’éclairer le débat public, sans passion excessive, sans arrogance, par le seul usage de la raison, je ne suis pas un agitateur ni un agité. Tenu par aucune discipline de parti, je ne suis pas un extrémiste, mais un républicain réfléchi et mesuré. Je suis d'ailleurs correspondant de presse pour une agence locale depuis 2008. Mais cette fois, c’en est trop ! Que l’on soit d’accord ou pas avec mes arguments, toujours discutables, que l’on soit pour ou contre la fusion des trois collectivités alsaciennes et le projet qui y est associé, ce qui est raconté ci-dessous, sur fond de restructurations à venir dans la presse, doit interpeller les démocrates soucieux de la liberté d’expression et de l’indépendance de l’information.


Conseil-Alsace-Presse-Richert-inquiet-de-la-place-du-non.jpgComme président du Cercle Républicain 68 et auteur d’un blog très fréquenté et très bien référencé sur la Collectivité territoriale d’Alsace, j'ai envoyé (et renvoyé) dans la plus grande cordialité, un communiqué de presse le 7 mars dernier, jour de la publication du premier sondage sur le Conseil d’Alsace. Ce n’est pas la première fois, et je n’ai jamais eu de problème de publication sur d’autres dossiers. Mais cette fois-ci, il s’agissait de mettre en lumière le grand malentendu des électeurs qui envisagent de voter oui au motif qu’il y aurait économies et simplification.


Ce communiqué a été publié en pages Mulhouse-Thann des Dernières Nouvelles d’Alsace (certes tronqué), puis en pages région du même journal (certes doublement tronqué, quinze jours plus tard, et sans lien avec le blog). Rien du côté de L’Alsace, pas même une réponse de politesse à mes messages, toujours civilisés.


J'ai demandé, toujours cordialement, que l'on me transmette les coordonnées du journaliste responsable de ce dossier, des fois que je me sois trompé d'interlocuteur. Aucune réponse de L’Alsace.


Le 12 mars, j'ai envoyé une lettre ouverte à la présidente de l'université de Haute Alsace sur l’inacceptable inégalité de traitement entre le oui et le non dans l’accès à ses locaux. Elle a été mentionnée en pages région des DNA (certes dans un simple filet), puis en pages Mulhouse (certes bien trop tard, car 16 jours plus tard la veille du week-end de pâques, au point même de faire croire à l'amateurisme de son auteur, et surtout quand elle avait déjà indirectement fait effet, puisqu'un débat avait fini par se tenir à l'université, à l'initiative des étudiants et de leurs professeurs). Aucune réaction à l'Alsace.

 

Ayant récemment appris que Radio Dreyeckland avait vainement tenté de trouver un contradicteur à un partisan du non (le conseiller général Raphaël Nisand), le Cercle Républicain 68 a lancé un appel au débat, afin de permettre aux personnalités du "oui" de sortir de l'espace confiné de leurs réunions publiques où ils sont parfois près d'une dizaine à la tribune, tous du même avis. Les DNA ont certes publié l'appel, mais tronqué et déformé au point d'évacuer les refus essuyés par radio Dreyeckland, mettant entre guillemets des propos non tenus. Rien dans L'Alsace.

 

"La prochaine fois, je monte un club de maquettes en allumettes…"

 

Le journaliste Christian Bach, chargé de la campagne sur internet, m'a toutefois contacté au début de l'année. Il a parlé de mon initiative à deux reprises dans les DNA (en pages région et sur le net), qualifiant mon blog de "blog d'expert" qui fait "se dresser les cheveux sur la tête de Philippe Richert" (certes en le renvoyant quasiment aux seules questions autonomistes, mais tout de même). J'ai envoyé aux différents niveaux des rédactions de L'Alsace une information, polie et posée, concernant la progression exponentielle de la fréquentation du blog. Parti de rien il y a quelques semaines, il en est à près de 3000 visiteurs uniques par semaine [plus de 1000 par jour au moment de la mise à jour du blog], sans compter les infographies qui se sont autonomisées sur la toile. Je proposais une rencontre afin de parler du succès inattendu et conséquent de ce blog indépendant. Pas même un accusé de réception de L’Alsace.


Référencé par le site Rue89 Strasbourg, j'ai aussi récemment été interviewé par un journaliste espagnol du quotidien El Punt. Mais pas par L’Alsace. J’en passe.


Avec un tel écho, si je m'occupais d'un club de maquettes en allumettes (ou tout simplement d'un blog pour le oui), cela ferait sans doute longtemps qu'on en aurait parlé. Si j'étais le président d'un mouvement autonomiste savoyard, engagé pour le oui en Alsace, on en aurait parlé (la preuve en cliquant ici). Mais la politique, c'est visiblement une chasse gardée. Particulièrement sur cette question « alsacienne ».


Tribunes de presse pour le Oui


Samedi 23 mars, la journaliste Yolande Baldeweck, responsable du service politique de l'Alsace et militante engagée du cercle de l'Ill, publiait dans L’Alsace une nouvelle demi-page intitulée « Autant que des économies, le conseil d’Alsace devrait permettre plus d’efficacité », un titre très long pour celles et ceux qui ne prendraient pas la peine de lire l’article, dont l'objectif était de lancer des contre-feux aux arguments du non, sans les citer. Des arguments défendus certes sur mon blog, mais aussi par d'autres : l'ancien président du CG68 Constant Georg (excusez du peu, et pour une fois dans l'Alsace), l'ancien député et maire de Saint-Louis Jean Ueberschlag (dont la tribune est parue le 3 mars en pages Colmar des DNA, mais rien dans L'Alsace). Vaut-il vraiment la peine d'envoyer une réaction à cette nouvelle tribune pour le oui (il n’y a pas d’autres mots), et être encore mis sur la touche ?


Gilbert Meyer, maire de Colmar, qui a publié sur son blog une longue argumentation, reprise par les DNA du 23 mars (rien dans L’Alsace) en se positionnant pour le non, se fait tout simplement traiter d'« hypocrite » dans un article signé par trois journalistes de L'Alsace, Yolande Baldeweck, Clément Tonnot et François Fuchs. Son tort serait de laisser libres les électeurs en n'appelant pas explicitement à voter non, mais en laissant à chacun tirer les conséquences de sa tribune. Cela mérite-t-il d'être insulté (tout en évacuant le fond du propos) ?


(màj du 4 avril)

Dans L'Alsace du 31 mars 2013, la même Yolande Baldeweck nous donne à voir l'un des ressorts de son action militante en faveur du oui : "À une semaine du référendum, nous avons interrogé les trois présidents – Philippe Richert, Guy-Dominique Kennel et Charles Buttner – dont les collectivités seraient, si le oui l’emporte, amenées à fusionner. À l’origine du projet de conseil d’Alsace, ils sont mieux à même, chacun avec son tempérament, de répondre aux questions que se posent les électeurs." Mieux que qui ? Parmi les nombreux disqualifiés qui n'ont pas le droit à la parole, certains se reconnaîtront et apprécieront sans doute. Mais pour qui prend-on les électeurs ? Il est vrai que la notice dite "d'information" que nous sommes actuellement en train de recevoir dans les boîtes aux lettres est un modèle de "neutralité pour le oui"... en plus d'être "hors la loi".


France 3 Alsace a par ailleurs diffusé une émission ("La voix est libre" du samedi 30 mars) où une journaliste de la chaîne interroge complaisamment d'autres journalistes (Yolande Baldeweck, Claude Keiflin et Alexandre Tandin, rédacteur en chef de France Bleu Alsace, selon qui le fait qu'il y ait des partis pour le "non" et d'autres pour le "oui" relève de la "cacophonie", on croit ne pas bien entendre...), tous trois manifestement favorables voire enthousiastes à l'égard du projet. Sans aucun contradicteur en face. Une symphonie à quatre voix pour le "oui". Scène surréaliste. Et pourtant...

 

Au moment où le principal syndicat de journalistes vient, le 8 mars, de dénoncer l'"information low-cost" du Crédit Mutuel, "propriétaire de neuf quotidiens régionaux dans l'est de la France(*)", au moment aussi où l'annonce d'un seul "rédac'chef" pour les deux quotidiens régionaux alsaciens vient d'être publiée par Rue89 Strasbourg (le 28 mars, mais pas dans la presse locale, comme si cela ne concernait pas les lecteurs !), que reste-t-il aujourd’hui pour lutter contre cette dérive des médias locaux ? En tout cas, la fusion a le vent en poupe !


« La place excessive du non dans les médias » !


Et d’ailleurs, qu’en pense Philippe Richert, ancien ministre des collectivités territoriales, actuel président du conseil régional d’Alsace, à l’initiative de cette consultation ? Le 15 février dernier, dans une dépêche de l’AFP publiée dans le Parisien et dans L'Express (mais pas dans nos quotidiens régionaux pourtant avides de dépêches AFP qui ne coûtent pas cher), il s'inquiétait « de la place excessive à ses yeux accordée aujourd'hui par les médias locaux aux partisans du non ». Il fallait oser le dire. Il fallait aussi oser ne pas le publier dans la presse régionale.


Au fait, rappelez-nous la définition du mot « censure » ? « La censure est la limitation arbitraire ou doctrinale de la liberté d'expression de chacun. Elle passe par l'examen du détenteur d'un pouvoir (étatique ou religieux par exemple) sur des livres, journaux, bulletins d'informations, pièces de théâtre et films, etc. — et ce — avant d'en permettre la diffusion au public ».

 

Espérons ne pas revoir la réalité avant le mot.

 

Quoiqu'il en soit, il ne faut pas s'étonner que les ventes s'effondrent dans la presse écrite. Cela continuera. Cela fait partie d'une crise de confiance globale entre les citoyens et des élites (politiques, journalistiques, etc.) toujours plus enfermées dans leur bulle.


 Heureusement, il reste internet.

 

 

 (màj du 8 avril)

France info blog lavarenne conseil alsace

 

Le journaliste Olivier Bost a référencé le blog referendum.alsace sur le site internet de France info ce vendredi 5 avril 2013, parmi deux autres : le site de Légifrance pour les textes légaux, le site officiel des élus régionaux. Il a aussi été référencé le même jour par le site de France 3 Alsace : "Mediapart, enfin, héberge le blog de Mathieu Lavarenne qui décortique bien en détails tout ce qu'il faut savoir sur la Collectivité Territoriale d'Alsace".

 

--> La revue de presse du blog

 

 

 

(*) Le Dauphiné Libéré, le Progrès, le Journal de Saône-et-Loire, le Bien Public, l’Est Républicain, Vosges-Matin, le Républicain Lorrain, l’Alsace, les Dernières Nouvelles d’Alsace

 

 

Mathieu Lavarenne

Président du Cercle Républicain 68

Conseiller municipal indépendant

Correpondant de presse aux DNA depuis 2008

 

 

Mise à jour du 1er avril, relative à la même question :


Bernard Notter non au conseil d alsace--> Le Non (censuré !?) de Bernard Notter, vice-président du Conseil général du Haut-Rhin ! Si je publie cette tribune inédite de Bernard Notter, vice-président du Conseil général du Haut-Rhin, c’est parce qu’elle a été envoyée à la presse, il y a plusieurs jours, avec pour effet que son auteur a été moqué par un journaliste de L’Alsace, dimanche 31 mars, sans même que son texte ne soit publié. (--> mise à jour du 5 avril, après publication en pages Mulhouse des DNA d'une partie de la tribune)

 

 

 

 

--> Lien vers le blog en général

 

L'analyse des résultats :

infographie-les-resultats-du-referendum

 

--> En Alsace, c’est  « non » ! (où l’on trouvera des éléments d’analyse pour comprendre les résultats du 7 avril 2013 et faire le bilan de la campagne référendaire).

 

 

 

D'autres articles sur ce blog :

 

--> Après le 7 avril... 

 

--> Dix raisons de voter NON

 

--> La notice d'information "hors la loi" - pour quoi votera-t-on : un projet ou une fusion ?

 

--> Le schéma trompeur de la notice dite d'information

 

--> Le Non (censuré !?) de Bernard Notter, vice-président du Conseil général du Haut-Rhin !

 

--> La prudence avisée des Conseils de développement Mulhouse-Thur-Doller

 

--> Un projet précipité

 

--> Menace sur les communes ! Où est la proximité ?

 

--> Le flop des réunions du oui et la bulle des élus.

 

--> Appel au débat contradictoire : où sont les partisans du oui ?

 

--> Rien n'est joué d'avance... : la mobilisation sur internet sera cruciale : pour un non de raison et de prudence

 

--> Le 7 avril : NON, pas l'abstention !

 

--> Point de vue de l'historien Georges Bischoff : "ne pas se tromper d'Alsace" 

 

--> Ils diront non : les arguments de Constant Goerg, Jean Ueberschlag, Gilbert Meyer ou encore Pierre Freyburger

 

--> Conseil d'Alsace : des infographies pour mieux comprendre

 

--> Sondage : le grand malentendu du "Oui"

 

--> Economies, êtes-vous bien là ?

 

--> Oui - Non : deux poids, deux mesures ?!? Lettre ouverte à la présidente de l'Université de Haute Alsace

 

--> Charles Buttner : ni économies, ni simplification, mais plus d'autonomie

 

--> Comprendre les enjeux du seuil de 25% des inscrits

 

--> La question de la suppression des départements et le double langage politique

 

--> La joie des autonomistes

 

--> L'Eurométropole ET le Conseil (pas unique) d'Alsace

 

--> L'oubli de la France !

 

--> Referendum en Alsace : un chèque en blanc ?

 

--> CTA : le flou artistique !

 

--> Pour un débat public et responsable

 

--> Vers la suppression des 25%?

 

--> Comment transmuer le simple en complexe (et vice-versa)

 

--> Le referendum d'initiative locale : mise en perspective.

 

--> La Collectivité Territoriale d'Alsace : LES DOCUMENTS.

 

--> Un Conseil pas Unique du tout : le Conseil Complexifié d'Alsace

 

--> La surenchère régionaliste en Alsace.

 

--> La tentation ethnique des Verts et le soutien du PS.

Partager cet article

Repost 0
Published by Referendum en Alsace - dans Conseil Unique d'Alsace
commenter cet article

commentaires

dolivet pierre 31/03/2013 09:18


cher ami et confrère,


la presse régionale est décevante depuis la fusion ou l'absorbtion par l'argent, en l'occurence la CMDP pour notre région ; ailleurs ce sont les Pigasse et Rothschild, voire pire (Tapie) qui
tirent les ficelles. Les nouveaux "chiens de garde" ont un bel avenir en perpective et votre article est une bouffée d'air frais dans un environnement vicié et pollué par la mauvaise foi et la
finance. Merci de votre fraîcheur et de votre honnêteté intellectuelle et si je peux être utile, c'est avec plaisir. Bien à vous - pierre dolivet

Referendum en Alsace 31/03/2013 10:39



Merci pour votre message de soutien.


Il est vrai qu'on se sent parfois un peu comme Don Quichotte dans certains moment, à faire des moulinets avec les bras en croyant abattre des géants.


Conseil unique rime hélas de plus en plus avec pensée unique.


M.L.